Jules Renard L’ÉCORNIFLEUR**

lu en mai 1978

Un roman en partie autobiographique. Renard y raconte un bout de sa jeunesse.

Henri, écrivain débutant, rencontre Mr Vernet, directeur de chantier, dans un autobus. Henri le distrait, l’amuse et se voit invité chez lui. Bientôt il y vient dîner chaque soir, très à son aise. Officiellement ami du couple il est invité à passer deux mois de vacances au bord de la mer. Pris dans une sorte d’entrainement Henri s’amuse à séduire Madame, comme s’il le devait à l’amitié. Il séduit plus par jeu que par désir. Finalement par crainte de commettre l’irréparable il fait sa valise.

C’est d’une drôlerie extraordinaire, d’une subtilité parfaite. Assurément un des 10 livres que je préfère, style simplifié à la Léautaud. Que j’aime l’esprit de Jules Renard. Les livres vraiment drôles sont rares.

Trop court pour être un « grand livre » mais quel bonheur de lecture. Jules Renard avec Poil De Carotte, cet Écornifleur et son Journal est un écrivain remarquable.

Laisser un commentaire