Philippe Sollers PORTRAIT DU JOUEUR

lu en août 1988

Le narrateur monologue allègrement. Il aligne les considérations sur les femmes, le pape, la littérature, Venise, Bordeaux, son enfance, sa famille.

Une lecture aisée, agréable, parfois drôle. C’est moins fort que Femmes.

Laisser un commentaire