John Le Carré A PERFECT SPY

lu à l’été 1987

L’espion britannique Magnus Pym a disparu. On a perdu sa trace à Londres. Les services secrets anglais et américains sont à ses trousses. Ce livre se présente sous deux aspects. D’une part Magnus raconte sa vie, d’autre part Jack Brotherhood mène l’enquête pour le retrouver. Magnus est le plus intéressant. Il présente son père comme un escroc sympathique, imaginatif, une semaine richissime, une semaine en prison. Père présent tout au long du récit. Magnus grandit, en Europe, étudiant, part-time spy, séducteur et séduit. Un ami, Axel, connu à Berne, tchèque, devient espion de son côté. Ils se retrouvent et collaborent impunément pendant des années, par amitié. Quand Magnus disparait c’est pour écrire un livre dédié à son fils Tom où il raconte sa vie. Au moment où Brotherhood va le retrouver il se suicide. Un gros livre, riche, complet mais pas toujours passionnant. Parfois je comprenais mal et je m’ennuyais. Bien au-delà d’un roman d’espionnage. Humour, foisonnement, diversité, intelligence. J’aurais dû le lire en français.

Laisser un commentaire