Catégories
notes de lectures

Julien Gracq LE RIVAGE DES SYRTES

lu en octobre 1983

Un jeune homme, Aldo, membre de la haute société d’Orsenna, s’installe comme observateur dans un petit fort sur la côte des Syrtes. Naturellement enclin à la rêverie, à la réflexion, il s’attache à Marino, le commandant de la place, et il songe à l’ennemi traditionnel, de l’autre coté de la mer, le Farghestan. Il retrouve dans cette région sèche et déserte une amie d’Orsenna, Vanessa. Des bruits circulent: le Farghestan souhaiterait la guerre. La guerre est imminente.

Livre qui dégage une atmosphère étrange, un ailleurs troublant. L’écriture est pure, la réflexion, l’imagination de grande qualité. Une géographie mystérieuse.

Ce n’est pas complètement ma littérature, c’est un peu trop désincarné – auteur lointain, caché derrière son classicisme, un peu froid mais talentueux – mais l’intérêt est constant. Je comprends le prestige dont jouit ce livre.

Par martin

littéraire, rêveur, humain, curieux, attentif, musique, littérature, promeneur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *