Montherlant LA ROSE DE SABLE**

lu en novembre 1982

En 1932 le lieutenant Auligny est en poste au Maroc. Il est chrétien, bon Français défenseur de l’Armée et des Colonies. A la suite de remarques de son ami le Chevalier Pierre De Guiscart il commence eà s’interroger sur le bien-fondé de la présence française. Les Arabes sont-ils si mauvais, le sFrançais sont-ils si bons? Il mène une vie bien pauvre jusqu’au jour où il rencontre Ram, une jeune arabe très douce. Il la voit souvent. Il devient pro-arabe et pour ne pas avoir à se battre il demande sa mutation. Il se retrouve à Fez où Guiscart le rejoint. Une émeute les surprend. Auligny y laisse sa vie par sottise. Guisart en réchappe. Madame Auligny apprenant la mort de son fils touche au sublime: elle prend une attitude véritablement extatique: la Patrie – mon Lucien – Dieu.

Un excellent livre, passionnant, du grand Montherlant. Quelle vitalité, quelle énergie! Le personnage de Guiscart est formidable: homme des possessions amoureuses, chasseur éternel… le plaisir, uniquement le plaisir… ne rien faire qui vous ennuie… Détails extraordinaires: p 132, 155, 184-185 le tableau de chasse; Mme Auligny: 155- 161, 414-424.

Montherlant illustre le type glorieux toujours au-dessus des autres, prenant la fuite quand nécessaire, la grâce, la supériorité en tout, l’élégance…

Auteur : martin

littéraire, rêveur, humain, curieux, attentif, musique, littérature, promeneur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *