Albert Cohen LES VALEUREUX

lu en avril 1980

Suite de Mangeclous. Mangeclous veut se suicider car il n’a plus d’argent. Il renait à la vie, mange de bon appétit et décide de créer une université sur sa petite île. Mangeclous, recteur et unique professeur donne un cours sur la séduction en s’appuyant sur Wronsky d’Anna Karenine. Merveilleux passage. Il se lasse de l’université le même jour et la ferme. Les Valeureux, mieux argentés par la grâce de Solal, voyagent en Europe: Rome, Bruxelles et Londres. Mangeclous écrit une lettre fantaisiste à la Reine Elisabeth. Il attend une réponse. Fin

Comme pour Mangeclous: agréable, attachant, parfois très drôle. Un livre sympathique écrit avec un coeur généreux mais Cohen n’est pas un immense écrivain. Mais enfin… qu’est-ce qu’un immense écrivain? Après tout…

Laisser un commentaire