Jena Genet LE MIRACLE DE LA ROSE

lu en février 1980

Ton différent de Notre-Dame-Des-Fleurs, plus réfléchi, moins poétique.Il raconte son séjour à la prison centrale de Fontevrault ainsi que ses 3 ans à la colonie Pénitentiaire de Mettray, entre 15 et 18 ans. Il retrouve à Fontevrault les mêmes garçons qu’il aimait à Mettray. D’abord Harcamone qui tuera un gardien pour être guillotiné afin d’éviter les travaux forcés à perpétuité. Ensuite Bulkaen, son grand amour à Fontevrault. Court dialogue: « Si j’ai le béguin pour toi, ne t’en occupe pas. L’autre lui prend les mains: Si Jean, je m’en occupe, ça me regarde. » Une tendresse qui me touche. L’humanité.

Mettray, Fontevrault, la vie et toujours l’amour, la fascination de Genet pour les beaux garçons, Divers, Villeroy, Van Loy.

Le Miracle est un très bon livre, un peu long, je préfère Notre-Dame. Profonde émotion, l’enfermement (ça commence par enfer) et puis la faiblesse devant la beauté, cette dépendance extrême. Je sens son coeur qui bat.

Roman écrit en 1943

Laisser un commentaire