Balzac LA FEMME DE 30 ANS

lu le 7 juin 1979

175 pages Julie, fille d’un vieux duc, aime le beau colonel D’Aiglemont qu’elle épouse en 1814. Le mariage ne la rend pas heureuse car son mari, sans être sot, ne montre ni finesse, ni sensibilité. Lord Arthur Grenville, qui joue près d’elle le rôle de médecin, l’aime et en est aimé. Vertueuse, elle ne lui donnera rien alors il meurt de désespoir. Elle y sombre également et ne vit que dans le souvenir car sa fille Hélène lui rappelle trop le mari haï pour la réconforter. Après quelques années elle rencontre Charles de Vandenesse. Ils s’aiment et ont un enfant qui sera noyé dans un ruisseau par Hélène jalouse. La famille s’agrandit, 4 enfants, et vit dans une certaine harmonie. Charles disparait à ce moment-là. Un soir, Victor D’Aiglemont donne refuge à un homme poursuivi. Envoutée par son regard mystérieux Hélène s’enfuit avec lui. D’autres malheurs frappent la famille D’Aiglemont ruinée. Victor, devenu général, part à l’étranger pour reconstruire sa fortune. Le bateau qui le ramène riche, 6 ans plus tard, est coulé par un corsaire commandé par le ravisseur d’Hélène qui vit très heureuse près de lui sur les mers. Ce hasard permet au général de sauver sa fortune et sa famille. Il meurt peu après. La dernière scène du livre montre Julie vieillie qui tente de sauver sa fille chérie, Moïra, de l’adultère. Elle n’est pas écoutée, elle en meurt. Voilà la triste histoire de la femme qui a pêché et aimé en-dehors du mariage.

Un roman intéressant et souvent très prenant. La fuite d’Hélène illustre l’imagination balzacienne avec ce regard si fort que rien ne lui résiste. Balzac ressemble à un directeur de cirque qui possède nombre de caricatures humaines dont le caractère et la bizarrerie sont amplifiés jusqu’à atteindre le grandiose. Il y a toujours du grandiose chez Balzac même dans les scènes les plus simples. Comme s’il apercevait ce que le simple humain ne peut déceler. Il exagère tout avec cette volonté d’être savoureux. Il se délecte de nous présenter des personnages extraordinaires.

Laisser un commentaire